La réunion du conseil communal des enfants du mercredi 18 mai a été consacré à la création d’un journal du conseil.

Virginie Duchesne, journaliste à Regards (journal municipal) a participé à cette réunion.

Depuis sa création en 2009, le CCE n’a pas de journal. Des informations sont publiées sur le blog du conseil et régulièrement dans le journal municipal Regards.

 

Lors du week-end à Trilbardou en novembre, il a été proposé de créer un journal du conseil qui faciliterait la communication avec les autres enfants.

Cette première réunion a comme objectif de commencer à réfléchir à ce que pourrait être ce journal.

 

Un journal ? Pourquoi ?  Pour informer les gens sur ce qu’on fait.

Un journal ? Pour qui ?  Le journal s’adresse en priorité aux enfants qui sont en CM1, CM2 et 6ème.

Un journal ? Comment ?

Dans un premier temps, nous avons regardé des journaux d’autres conseils pour voir ce qui se fait dans d’autres villes, on notant ce qui nous paraît positifs et négatifs.

 

Positifs :

  • Avoir un agenda
  • Le contenu (actions du conseil bien expliquées, différents sujets intéressants)
  • Beaucoup de couleurs
  • Avoir des jeux, des blagues, des charades
  • Présentation des enfants élus
  • Indiquer le thème de l’article
  • Avoir un personnage, une mascotte

 

Négatifs

  • Dessins faits par des enfants (pas clairs)
  • Le nom de la ville n’est pas mis en avant
  • Pas assez de pages
  • Pas assez précis
  • Pas beaucoup d’infos
  • Trop de photo ou pas assez
  • Le choix des couleurs

 

Puis nous avons définis ce qui nous paraît important pour le journal du CCE de La Courneuve

  • Mettre un sommaire
  • Mettre des couleurs
  • Le contenu : parler de ce qu’on fait
  • Des photos
  • Blagues et jeux
  • Faire un 4 pages du format de Regards
  • Mettre un agenda

 

Un journal ? Pour dire quoi ?

Nous voulons parler de…. (entre parenthèse, le prénom de l’enfant qui souhaite écrire)

  • Le week-end à Trilbardou (Jovens)
  • La rencontre sur les droits de l’enfant (Najla)
  • Le court métrage sur le racisme
  • Les commémorations 8 et 10 mai (Jordy)
  • L’Atelier radio (Najla)
  • Le handicap (Doriane)
  • Le Parc de La Courneuve (Rachad)

 

Pour chacun de ses sujets, il faut écrire un petit texte (environ 5 lignes) qui permet de répondre aux questions

  • Quoi (qu’est ce qui s’est passé) ?
  • Qui (qui est concerné) ?
  • Quand ?
  • Où ?
  • Pourquoi ?

 

Les enfants intéressés par la création du journal se retrouve mercredi 1er juin de 14h30 à 16h30 à la Maison de la citoyenneté.

Nous demandons au service communication de nous préparer une maquette pour le journal.

Il faut trouver un titre (premières propositions : le petit regard, le Regard des enfants…)

 

Compte-rendu de la réunion : compte-rendu réunion 18 mai création journal

Une réunion du conseil communal des enfants a eu lieu mercredi 11 mai consacré au handicap et à l’accessibilité.

Elle s’est tenue en présence de Idrissa  Diagne (chargé de mission handicap), Ouarda et Frédéric Loxa (collectif de parents d’enfants porteurs d’un handicap) et leur fille Méline, Ounissa Fodil (association femmes et handicap)

Le conseil communal des enfants entame un nouveau projet autour de l’accessibilité pour les personnes, et notamment pour les enfants en situation de handicap.  Ce sujet a été évoqué par plusieurs enfants lors du week-end à Trilbardou.

Cette première réunion a permis de définir ce qu’est le handicap, ou plutôt les handicaps et de réfléchir à comment nous allons y travailler.

Être handicapé, ça veut dire quoi ?

  • C’est avoir un problème avec son corps
  • C’est une maladie qui bloque
  • C’est un problème mental
  • Ils y a différents handicaps (physique, sensitif, psychique)
  • Le handicap peut être visible ou invisible
  • On peut être handicapé à la naissance, ou suite à une maladie, un accident
  • Au lieu de dire personne handicapé, il faut mieux dire « en situation de handicap » ou « porteuse d’un handicap » car c’est avant tout une personne qui ne se résume pas à son handicap
  • Ça ne veut pas dire qu’on ne peut rien faire

 

C’est quoi l’accessibilité ?

C’est le fait de permettre à toute personne d’accéder partout, même si on est en situation de handicap.

C’est prévu par la loi depuis 2005

La convention internationale des droits de l’enfant indique que tous les enfants doivent avoir les mêmes droits, y compris les enfants porteurs d’un handicap. Sinon, c’est de la discrimination.

 

Comment on va travailler

Dans un premier temps, on va lister tous les lieux dans lesquels les enfants peuvent aller.

Puis on mènera une enquête pour vérifier si c’est lieu sont accessible réellement, on pourra rencontrer des personnes à interroger.

On remettra un « rapport » sur notre enquête auprès des différentes institutions (la ville, le département, la région, l’État)

On sera accompagné par Idrissa Diagne qui est chargé de mission sur le handicap à la ville de La Courneuve et qui travaille sur une charte de le handicap, ainsi que par les parents et l’association femmes et handicap.

 

Les différents lieux que nous fréquentons en tant qu’enfants :

  • Les médiathèques
  • Le centre de santé
  • La mairie, le centre administratif, la maison de la citoyenneté
  • Les équipements sportifs (et aussi les clubs sportifs)
  • Les écoles, collèges, lycées
  • Le service jeunesse, les espaces jeunesse
  • Les centres de loisirs, l’espace jeu, les crèches
  • Les équipements culturels (cinéma, centre culturel, Guy Moquet, conservatoire)
  • Le quick, les magasins,
  • Les transports
  • La patinoire, La Courneuve plage

 

Le compte-rendu de la réunion : compte-rendu réunion 11 mai handicap

 

Les enfants élus au Conseil communal des enfants de La Courneuve ont souhaité mettre en place des actions contre le racisme. Après deux réunions où ils ont réfléchi au racisme et aux préjugés, ils ont décidé de réaliser une vidéo autour des préjugés racistes.

Cette vidéo a été réalisée avec le Pôle image du service jeunesse de La Courneuve pendant les vacances d’hiver et quelques mercredi après-midi.

Elle a été présentée une première fois lors de la séance plénière du conseil communal des enfants le 13 avril puis au forum des projets d’enfants organisés par les Francas à Aubervilliers.

Une projection suivie d’un débat sera organisé au mois de juin à la Maison de la citoyenneté de La Courneuve.

Nous proposons aux écoles et aux centres de loisirs d’organiser des débats autour des préjugés racistes à partir de cette vidéo.

 

 

 

Les étapes du projet :

Première réunion le 16 décembre 2015

Deuxième réunion le 7 janvier 2016

Rencontre avec le Pôle image et élaboration du scénario

Tournage

Huit enfants courneuviens, sept élus et une ancienne élue au conseil communal des enfants ont participé à la rencontre du réseau enfants/jeunes organisée par le collectif Agir ensemble pour les droits de l’enfant mercredi 27 avril 2016.

Les enfants de La Courneuve assis avec les autres enfants

La France a signé et ratifié la convention internationale de droits de l’enfant. Tous les cinq ans, elle doit remettre un rapport sur la situation des droits des enfants.

Le Comité des droits de l’enfant des Nations unies a auditionné la France en janvier 2016, à Genève. Les représentants de notre pays ont expliqué qu’est qui a été fait pour les enfants et leurs droits et ont répondu aux questions des experts indépendants.

Mercredi 27 avril, des enfants et adolescents venant de Limoges, Nantes, Rozai en Brie  et de La Courneuve se sont donc retrouvés à Paris. Ils ont travaillé en atelier sur quatre thèmes et ont échangé avec Hynd Ayoubi Idrissi  et Jorge Cardona, deux membres du comité des droits de l’enfant.

Des enfants assis autour d'une table échangent entre eux dans un atelierphoto Anacej/AEDE
Des enfants assis autour d'une table échangent entre eux dans un atelierphoto Anacej/AEDE
Hynd Ayoubi Idrissi et Jorge Cardona parlent aux enfants

Pour préparer cette rencontre, les enfants de La Courneuve ont travaillé avant sur les quatre thèmes et ont fait des constats et des propositions (voir ci-dessous).

Une proposition faite par les enfants courneuviens a été retenue par les enfants participant à l’atelier sur le harcèlement : organiser des stands et animations pour informer et prévenir le harcèlement à l’école. Une idée qu’Hynd Ayoubi Idrissi a trouvé intéressante car faire des campagnes de sensibilisation, permet de briser la loi du silence.

une enfant prend la parole pour présenter une proposition

 

Voici les constats posés par les enfants du conseil en préparant la rencontre:

 

Connaissance et promotion de la Convention internationale des droits de l’enfant

Constats : En réalité, beaucoup d’enfants ne connaissent pas les droits des enfants.

A l’école on n’en parle presque pas ; ça dépend des professeurs

On en parle un peu au collège mais pas trop.

Au centre de loisirs, on en parle presque pas, juste pour la journée des droits de l’enfant.

Au conseil communal des enfants, on en parle régulièrement.

Propositions : Apprendre les droits de l’enfant à l’école à partir du CE2 (avant on est trop petits)

Faire une matière à part à l’école.

En parler à la maison.

En parler dans les médias (télévision, radio, internet).

Faire un cahier de vacances sur les droits de l’enfant

 

Lutte contre le harcèlement
Constats : Ça existe un peu à l’école élémentaire.

Ça existe beaucoup au collège.

Il n’y a pas d’information sur le harcèlement dans les écoles, on n’est pas au courant de la campagne nationale (du ministère de l’Éducation nationale) et du numéro vert.

Le Conseil communal des enfants a fait une vidéo sur le harcèlement

Propositions : Refaire des vidéos, les diffuser

Faire un stand, une animation pour parler du harcèlement

Afficher le numéro vert dans toutes les écoles

 

 

Agir pour l’égalité filles/garçons

Constats : On ne constate pas de différences entre les filles et les garçons à l’école

Chez les enfants : quand on n’est petit, on ne veut pas jouer avec les filles ou avec  les garçons mais quand on grandit ça change (certains enfants restent petits dans leur tête)

 

 

Participation des enfants et des adolescents

Constats : On nous demande rarement notre avis sauf avec le conseil communal des enfants

A l’école ça dépend du professeur

 Au collège il y a des délégués de classes et des délégués du collège

On ne connait pas le conseil de la vie collégienne, on ne sait pas si ça existe

Des fois on nous demande notre avis mais on n’en prend pas compte, ça sert à rien

On n’a pas toujours les bonnes informations (exemple pour choisir les ateliers des NAP)

Propositions : Les adultes devraient répondre aux propositions des enfants et expliquer pourquoi leurs idées ne sont pas toujours retenues

Demander plus souvent l’avis des enfants

 

Les enfants du conseil communal des enfants avec Hynd Ayoubi Idrissi et Jorge Cardona

Les enfants du conseil communal des enfants avec Hynd Ayoubi Idrissi et Jorge Cardona

Les enfants du conseil communal des enfants et leur animateur ont participé à la campagne Stop aux clichés sur les jeunes :

trois garçons portent un message dans le acdre de la campagne Stop aux clichés sur les jeunes : " les enfants sont toujours devant leur écran" trois filles portent un message dans le acdre de la campagne Stop aux clichés sur les jeunes : " les enfants ne (barré) sont pas (barré) intelligents Olivier Epron porte un message dans le acdre de la campagne Stop aux clichés sur les jeunes : " Les enfants sont fatigants ! Ils ont toujours des idées ..."

Mercredi 20 avril, huit enfants du conseil communal des enfants ont participé à un atelier de création radiophonique au Musée de l’histoire de l’immigration à Paris, animé par Charlotte Rouault de l’association Faidos sonore

Après avoir visité rapidement une partie de l’exposition permanente, ils ont avec Charlotte imaginé l’histoire d’une personne qui quitte son pays pour venir en France: qui est-elle, d’où vient-elle, pourquoi choisit-elle de venir en France, quel est son parcours, qu’est-ce-qui va lui arrivé…  à toutes ces questions il a fallut répondre avant de créer les sons nécessaire à l’histoire.

les enfants écoutent la médiatrice présenter les effets personnels qu'un migrant a offert au musée

les enfants sont assis autour de l'intervenante qui tient un planisphère et imagine l'histoire un garçon enregistre le bruitage fait par un autre enfant.   Une enfant enregistre le bruitage fait par d'autres enfants  une enfant fait du bruit en tournant les pages d'un livre. Un autre enfant et l'intervenante enregistrent  un enfant enregistre le son produit par un autre enfant

Charlotte a ensuite fait le montage. Voilà le résultat :

 

 

 

Une séance plénière du Conseil communal des enfants a eu lieu le mercredi 13 avril en salle des fêtes de la mairie, présidée par Muriel Tendron-Fayt, adjointe au maire déléguée aux Droits de l’enfant et à la réussite éducative.

 

Muriel Tendron  demande de bien vouloir excuser Gille Poux, maire de La Courneuve, retenu sur une réunion à la préfecture de région. Cette séance plénière permet aux enfants élus au conseil communal des enfants de présenter leurs travaux depuis la séance d’installation et d’échanger avec la municipalité.

  1. Projet contre le racisme

Les enfants ont présenté le projet contre le racisme sur lequel il travaille depuis décembre.

Un groupe d’enfants a réalisé un court métrage sur les préjugés racistes avec le pôle image du service jeunesse.

Le court métrage est projeté. Chacun félicite le groupe pour ce court métrage qui montre bien comment nous pouvons être victime de nos préjugés.

Muriel Tendron suggère que le conseil propose aux écoles et aux collèges de visionner ce film et qu’un débat autour du racisme puisse être engagé avec les élèves de CM1, CM2 et 6ème. L’idée est retenue.

Des enfants proposent qu’un autre film puisse être réalisé sur un autre thème.

 

  1. Les NAP

 

Une enquête de satisfaction a été distribuée aux enfants des écoles élémentaires qui fréquentent les NAP. Les résultats de cette enquête ont été présentés aux enfants élus en réunion. De manière générale, les enfants sont satisfaits mais avec plusieurs points négatifs concernant les inscriptions sur les cycles d’activités, les problèmes de déplacement et le comportement  de certains animateurs ou intervenants.

Les enfants élus présentent apportent des témoignages sur les difficultés rencontrées dans leur école, aussi bien en terme d’organisations que sur le comportement de certains animateurs, au cours des NAP mais aussi à la cantine.

Muriel Tendron  entend les difficultés rencontrées, insiste sur le fait que les comportements violents de certains animateurs ne sont pas tolérables et que les services municipaux s’occupent des problèmes remontés lors de l’enquête. Elle précise cependant que globalement les NAP apportent satisfaction et que les services travaillent à améliorer pour la prochaine rentrée.

Il est proposé aux enfants d’organiser dans les écoles des réunions avec les responsables NAP et cantine pour travailler sur les problèmes rencontrés.

  1. Concertation sur le Parc départemental Georges Valbon (« Parc de La Courneuve »)

Au mois de mars, des enfants élus au conseil ont rencontré deux personnes du L.I.H.P. qui font la concertation sur le parc. Ils sont intéressés pour participer et organiser une concertation avec les enfants de La Courneuve pour savoir ce qu’ils pensent du parc et faire des propositions pour l’améliorer.

Au cours des échanges, les enfants élus présents défendent le Parc départemental Georges Valbon. La municipalité encourage le conseil communal des enfants à participer à cette concertation.

  1. L’accessibilité de la ville par rapport aux différents types de handicap

Muriel Tendron présente le travail engagé par la ville autour du handicap et Idrissa Diagne, chargé de mission handicap, présente sa mission sur la charte de handicap qui va être élaborée à La Courneuve autour de la question de l’habitat et de l’accessibilité. Il invite le conseil communal des enfants à travailler avec lui sur cette question

Le conseil communal des enfants va recenser les lieux fréquentés par les enfants, qu’ils leurs soient spécifiques (écoles, centres de loisirs) ou pas (lieux culturels, sportifs, transport), mener une enquête sur leur accessibilité aux différents types de handicap. Ils rencontreront des personnes engagés sur la ville sur cette question (chargé de mission handicap, associations…)

 

Muriel Tendron félicite le travail des enfants élus au conseil communal des enfants et les encourage à le poursuivre.

 

Prochainement: le compte-rendu

Huit enfants se sont retrouvés à l’espace jeunesse La Tour  la seconde semaine des vacances d’hiver pour le tournage d’un petit film sur les préjugés racistes avec le soutien du pôle image du service jeunesse.

Le montage, pris en charge par les animateurs spécialisés du pôle image est en cours.  Un dernier rendez-vous est pris pour mercredi 16 mars afin d’enregistrer la voix off.

Pour patienter, en exclusivité, quelques images du tournage…

 

La caméra filme une scène avec deux enfants un animateur filme une scène avec une enfant assis à une table et un autre enfant dont on ne voit que les mains une enfant tient le clap avant le tournage d'une scène une enfant regarde la vidéo tournée un animateur tient le clap avant le tournage d'une scène un animateur filme une scène avec deux enfants assis à une table Deux animateurs filment une scène avec une fille assis à une table écrivant dans un cahier un animateur filme une scène avec plusieurs assis à des tables d'écolier

Les enfants intéressés par le projet ont rencontré mercredi 3 et mercredi 17 février Steeve et Assad, animateurs du pôle image à l’espace Jeunesse La Tour. Ensemble, ils ont défini le scénario. Les rôles principaux ont été définis.

 

 

Rendez-vous pour le tournage sur la deuxième semaine des vacances d’hiver  (du lundi au vendredi de 14h à 17h30).

Les huit enfants présents viennent de huit écoles différentes (Angéla Davis, Paul Doumer, Anatole France, Robespierre, Henri Wallon, Jules Valles, Charlie Chaplin, Joliot Curie)

L’animateur du conseil communal des enfants informe les enfants élus que le questionnaire NAP distribués aux enfants des écoles élémentaires concernant le premier cycle d’activités est toujours en cours de traitement. Les résultats définitifs ne sont pas encore connus mais les premiers résultats montrent qu’une majorité d’enfants sont très satisfaits ou satisfaits. Cependant des différentes existent selon les cycles d’activités.

Des problèmes de violences et de punitions collectives concernant le cycle sport d’une école ont été signalés par plusieurs enfants. Les services enfance et sports de la ville de La Courneuve ont été informés et s’occupent du problème.

Les enfants élus présents sont d’accord avec le résultat de l’enquête, ils pointent plusieurs difficultés :

L’inscription sur les cycles des NAP :

Manque d’information sur le contenu du cycle ne permettant de vraiment choisir l’activité
Pas la possibilité de choisir sur quel cycle s’inscrire dans certaines écoles
Deuxième cycle identique au premier pour certains enfants (pas le choix) (J Curie, H Wallon)
Changement de cycle en cours imposé sans explication, pour compléter les groupes (Robespierre)
Des enfants ont choisi un cycle et se retrouvent sur un autre cycle sans explication (Plusieurs écoles)

Proposition : revoir le système d’inscription, donner une information plus détaillée sur les activités proposées

Les problèmes de déplacement

Déplacements à pied trop longs avec comme conséquence un temps d’activité réduit (ex Charlie Chaplin à Géo André 20 minutes aller, 20 minutes retour)
Attente des cars, long, parfois sous la pluie (Robespierre, Angéla Davis)

Les cartables : ils sont laissés sans surveillance, des enfants fouillent dans les cartables, déplacent des affaires d’un cartable dans un autre. En rentrant chez lui l’enfant ne peut pas faire ses devoirs et c’est lui qui est puni
Le comportement de certains animateurs ou intervenants

Ils crient beaucoup (dans presque toutes les écoles)
Ils consacrent plus de temps à leur téléphone portable qu’aux enfants
Un animateur tire les oreilles des enfants
Des intervenants sont en retard, on doit les attendre assis sans parler pendant 20 minutes
L’animateur laisse les enfants jouer seul dans la salle, il ne joue pas avec eux,
Manque de cohérence entre éducateurs sportifs (certains nous disent d’aller boire, d’autre nous l’interdisent)
Quand il ya conflit entre enfants, des animateurs font « plus belle la vie » (ce qui signifie, ils ne gèrent pas, laissent les enfants se débrouiller seuls)
Punitions collectives
Ces informations seront remontées au coordinateur du projet éducatif territorial et au comité de pilotage des NAP.

Douze enfants du conseil communal des enfants ont participé ce mercredi 13 janvier à une présentation des ateliers philo qui vont être mise en place à La Courneuve par les médiathèques de Plaine commune. Ces ateliers philo auront lieu une à deux fois par mois dans les médiathèques de La Courneuve.

Après une présentation rapide de ce qu’est un atelier philo, Tristan Clemençon, directeur des médiathèques à La Courneuve, a fait vivre un atelier aux enfants présents autour du thème c’est quoi être libre.

Voici ce qui ressort des paroles des enfants :

Être libre, c’est dire ce qu’on veut.

Être libre, c’est faire et dire ce qu’on pense quand on veut.

Être libre, c’est défendre nos pensées.

C’est défendre nos voix.

C’est penser et dire ce qu’on veut.

Penser et dire ce qu’on veut en étant normal.

C’est faire ce qu’on veut en mangeant salade, tomates, oignons.

C’est penser ce qu’on veut sans qu’on nous juge.

Être libre, c’est ne pas parler.

Être libre, c’est plusieurs libertés.

C’est une chance, parce que y en a pas dans tous les pays.

C’est bien parce que notre corps est libre.

Y a un règlement à respecter.

Quand on est libre, on n’est pas esclave, on peut faire certaines choses ou pas.

C’est respecter la loi.

Être libre, c’est François Hollande, la loi.

C’est faire ce qu’on veut, c’est la sécurité, penser aux autres.

C’est respecter les autres.