Mercredi 16 novembre, des enfants du conseil communal des enfants ont rencontré Isabelle Faustin, enseignante référente handicap à La Courneuve.  Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet handicap et accessibilité. L’objectif était de voir comment les enfants porteurs de handicap étaient scolarisés.

Isabelle Faustin est enseignante référente handicap sur La Courneuve, elle a en charge le suivi des enfants scolarisés de l’école maternelle au lycée, de veiller à ce que leur scolarisation se passe bien. Elle rencontre leur famille au moins une fois par an. Elle est tenue au secret professionnel et ne peut donc par nous donner des informations personnelles sur chaque enfant.

L’année dernière, il y avait 235 enfants et adolescents porteurs de handicap scolarisés.

Ils peuvent être scolarisés dans une classe ordinaire, avec éventuellement le soutien d’un AVS. L’Assistant de vie scolaire accompagne l’enfant pendant sa journée d’école.

Pour bénéficier d’un AVS, la famille dépose une demande auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). C’est la MDPH qui décide si l’enfant a besoin d’un AVS.

L’AVS est recruté sans diplôme pour les enfants des écoles maternelles et élémentaires après un entretien oral et un test écrit. Pour les élèves des collèges et des lycées, l’AVS doit avoir le bac.

Tous les enfants porteurs d’un handicap n’ont pas besoin d’un AVS. A l’école Louise Michel, il y a des enfants malentendants qui n’ont pas besoin d’AVS. Ils bénéficient d’une codeuse quelques heures par semaine.

Dans les établissements scolaires, il peut y avoir des classe ULIS (Les unités locales pour l’inclusion scolaire qui permettent l’accueil d’un petit groupe d’enfants présentant le même type de handicap. Il y a des classe Ulis en école élémentaire (Henri Wallon, Louise Michel et Anatole France), au collège (Jean Vilar et Raymond-Poincaré) et au lycée (Lycée professionnel Denis Papin).

Les écoles qui accueillent des enfants peuvent disposer de matériel spécifique comme des livres avec des gros caractères pour les enfants malvoyant par exemple.

Il n’y a pas assez de formations pour les enseignants et les AVS.

Certains enfants ont des handicaps trop importants pour être scolarisé dans les écoles ordinaires, ils doivent aller dans des établissements spécialisés comme les Institut médicaux éducatifs. Il n’y a pas assez de place dans ces établissements et certains enfants ne vont donc pas à l’école. Pourtant la loi de 2005 dit que tous les enfants porteurs d’un handicap ont le droit d’aller à l’école.

 


Laisser une réponse