Une rencontre avec le service des sports a eu lieu mercredi 28 septembre. Elle s’inscrit dans le cadre du projet handicap et accessibilité. L’objectif était de vérifier si les équipements sportifs de la ville étaient accessibles et si les enfants porteurs d’un handicap pouvaient faire du sport à La Courneuve

Nous avons donc visité le centre sportif Béatrice Hess et nous avons rencontré Mokrane Rahmoune, responsable du service des sports et Jean-Luc éducateur sportif à l’ L’école municipale d’éducation physique et sportive (EMEPS).

 

Les constats

Le centre sportif, avec la piscine, construit en 2009 répond aux normes d’accessibilité avec notamment des ascenseurs, des toilettes, vestiaires et douches adaptés et un matériel permettant de descendre dans l’eau une personne à mobilité réduite. Des efforts pourraient être faits pour les personnes mal voyantes ou aveugles avec une signalétique adaptée.

Mokrane Rahmoune indique aux enfants que maintenant l’ensemble des équipements sportifs de la ville sont accessibles.

Cependant, on constate que ces équipements sont peu utilisés par des personnes porteuses d’un handicap. Un jeune courneuvien, Rafik, qui est en fauteuil roulant fait de l’haltérophilie.

Le personnel du service des sports a été formé à l’accueil des personnes en situation de handicap.

L’EMEPS accueille 400 enfants courneuviens pour leur proposer différentes activités sportives. Cette année, pour la première fois, deux enfants avec un autisme léger sont accueillis avec les autres enfants.

C’est compliqué d’accueillir plus d’enfants handicapés, notamment ceux qui demandent une personne pour s’occuper d’eux car cela coûte cher. Il n’y a pas beaucoup de demande des familles.

Les enfants handicapés scolarisés peuvent venir faire le sport avec les autres élèves de leur classe, ils sont souvent accompagnés par un AVS (auxiliaire de vie scolaire).

Le service des sports met en place des activités de découverte handisport et soutien le sport paralympique par exemple en achetant des billets de tombola pour financer la participation d’athlètes aux jeux paralympiques.

Il n’y a pas assez d’informations sur les sports accessibles aux personnes ayant un handicap.

 

Les propositions

Mettre en place une signalétique adaptée aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Trouver des moyens pour accueillir davantage d’enfants handicapés.

Développer des pratiques handisports pour permettre une pratique partagée entre enfants porteurs de handicap et enfants valides.

Améliorer l’information pour les familles en indiquant quelles sont les sports que les enfants porteurs d’un handicap peuvent faire.


Laisser une réponse